Caro Fashionews

Angelina Jolie craque pour un saint-gallois

Akris est une maison de couture suisse basée à Saint-Gall (St Gallen en allemand).

Pour celles qui ne connaissent pas la géo de mon beau pays!

 

Caractéristiques

Classique, épuré, précis et portable, tels pourrait-on qualifier les créations d’Albert Kriemler (50 ans), propriétaire de la marque Akris.

Albert Kriemler entouré par deux mannequins au défilé prêt-à-porter automne-hiver 2008-2009

Il était une fois…

Alice Kriemler-Schoch fonde la maison en 1922. A ses débuts, il s’agissait d’un petit atelier de couture d’où sortait des tabliers de ménagères. Albert Kriemler n’a que 20 ans en 1979 lorsque son père, Max Kriemler, lui propose le poste de second suite à la défection de son plus proche collaborateur. Pendant de longues années, il apprend le métier de tailleur avec modestie, se refusant à signer ses premières collections car il faisait « trop d’erreurs ».

A l’époque, la marque est réputée pour ses robes de soirées et ses costumes aux finitions parfaites, mais ce savoir-faire maque d’originalité pour séduire à l’extérieur des frontières.

Dès 1988, Albert K. appose sa griffe ainsi que sa personnalité sur les créations. On reconnaît alors le style du créateur à la simplicité raffinée de modèles très féminins taillés dans des tissus nobles.

«La pertinence d’une collection dépend de la qualité des matériaux et de la production» explique-t-il simplement dans l’anthologie consacrée à sa maison parue simultanément à l’exposition qui lui consacrait le Musée du textile de St-Gall en 2006.

Succès aux USA

Bien avant Condoleezza Rice, la marque a séduit les américaines qui apprécient la simplicité et le snobisme venu de Suisse. Dans les grands magasins Bergdorf Goodman qui ont importé les premiers le label à la fin des années 80, les ventes dépassent certaines griffes comme Armani et Chanel. Le Wall Street Journal annonçait même en 2006 qu’elle faisait partie des quinze marques de vêtements de luxe les plus importantes aux Etats-Unis. Ce succès américain a servi de tremplin pour une expansion dans le reste du monde. Désormais la marque dispose de 13 boutiques au Moyen-Orient, aux USA, en Europe et au Japon.

En Suisse, le Bon Génie distribue quelques pièces, sinon il faut se rendre dans l’unique boutique de Suisse à St-Gall.

L’entreprise

Albert Kriemler dirige la maison, son frère Peter est en charge du secteur stratégique. L’entreprise compte 600 employés, dont 500 à St-Gall ! « Cet isolement implique de mes collaborateurs un engagement total du matin au soir pour Akris » aime à répéter le designer en réponse à l’étonnement que suscite une telle implantation.

 

Fashion week Paris

Depuis 2004, Akris fait partie de la Fédération française de la couture et du prêt-à-porter ce qui lui permet de présenter ses collections à la fashion week.

 

Givenchy

Lorsque le père d’Albert dirigeait la maison de couture familiale, il avait produit des vêtements pour Givenchy. Certains journalistes voient une conservation des codes Givenchy dans les créations d’Albert…

 

Clientes

– Angelina Jolie

Sony Center CineStar le 19 janvier 2009 à Berlin

– Sarah Jessica Parker

Août 2007

– Nicole Kidman

– Diane Sawyer

– Susan Sarandon

– Princesse Caroline de Monaco

– Condoleezza Rice

 

Prix

Le Merit 2009 est décerné à Albert K.

Commentaire du jury : «Discrétion et sérénité, bon goût, force de caractère et excellente qualité artisanale… cela fait de lui un ambassadeur parfait du « Swissness » dans le domaine du design»

 

Interview Le Temps 28.8.2010 « Albert Kriemler en sa forêt »

Le Temps: Dans vos collections, on sent toujours un lien très fort avec la nature. Là, on avait l’impression d’être dans une forêt, avec des femmes en tailleurs de gentlewoman farmer. Quelle était votre inspiration?

Albert Kriemler: Tout a commencé avec les tissus, comme toujours. J’avais en tête un lac de montagne. Nous avons fait des recherches et nous avons trouvé cette image, qui est devenue un imprimé. Pour les couleurs, j’ai pensé à des forêts et à tous les fruits que l’on trouve en hiver dans les bois: ces moutarde, cassis, mûre, prune, vert olive… Je me suis inspiré de ces paysages de campagne hivernale, de ces forêts d’automne, et pour rendre cela, j’ai utilisé des tissus très «campagne».

– Ce sont des tissus qui donnent envie d’automne.

– J’ai beaucoup travaillé les cachemires, les tweeds en alpaga, l’écossais, et une matière fascinante: le poil de chameau teint à la main, qui est encore plus doux que le cachemire. Le tissu écossais, je l’ai fait développer en Italie. Pour obtenir un écossais moderne, il faut le retravailler sinon c’est trop classique et trop lourd. On a développé des variantes avec du rose, très discret. Une fois que j’ai vu l’échantillon fini, j’ai trouvé qu’il était beaucoup plus beau à l’envers qu’à l’endroit. On a donc choisi de le retourner et de le travailler à l’envers. Cela donne un effet plus doux.

– Vous parlez de douceur, or on vit une époque où l’on ressent le besoin d’être rassuré par les vêtements, d’être enveloppé par quelque chose de protecteur…

– C’est un sentiment que l’on peut rendre par le toucher. J’ai épuré les lignes jusqu’à arriver à un minimalisme qui porte en lui quand même une certaine puissance. Il y a un mélange de douceur et de force. Par exemple cette veste en cuir – une matière qui exprime un pouvoir – est réalisée dans du cuir très fin dans lequel on fait des gants. Je suis toujours à la recherche d’un toucher féminin.

– Et cette silhouette masculin-féminin avec ces tailleurs trois pièces de femmes de pouvoirs?

– Je ne l’ai pas faite parce que c’était le trend de la saison. J’avais avant tout une envie de faire du tailoring. D’ailleurs j’ai travaillé avec des fournisseurs qui fabriquent des tissus d’hommes. Mais ces tailleurs inspirés d’un univers masculin, je les ai voulus avec des touches féminines, comme ce gilet qui est aussi un body, ou ce pantalon très étroit. On est garçon de face, et fille de dos, avec une queue-de-cheval…

– Vous avez introduit pour
la première fois du crin de cheval dans une collection de prêt-à-porter.

– Oui, il y a notamment cette robe avec un corsage en crin de cheval, et ce manteau avec des poches en crin de cheval. Nous avons développé une technique pour travailler cette matière avec une femme qui fabrique des costumes traditionnels valaisans et appenzellois. Le crin y est utilisé pour les parties résistantes: les ceintures, les corsets. Nous avons bâti toute une organisation pour fabriquer les produits en crin de cheval. Mes tailleurs sont fiers, et ils savent ce qu’ils savent, mais la première poche, ils n’ont pas réussi à la coudre. Un des artisans a appris aux tailleurs comment travailler cette matière. Je ne crains pas que d’autres maisons choisissent de l’utiliser, car c’est un matériau très difficile. Mais l’aspect est magnifique. Et on a besoin de beau.

Thème du dernier défilé printemps 2011, le 3 octobre à Paris – la chemise.

Une magnifique robe chemise ouvre le défilé du 3 octobre. A. Kriemler raconte qu’il s’est inspiré des jardins de Kyoto – des gris, un perfecto à grand col de cuir vert, des cuirs rosés, une robe de cuir fauve, minimaliste. Chaque modèle, ou presque, garde l’empreinte de la chemise.

Robe chemise

 

Perfecto vert

 

Robe fauve
Chemise frangée

Toutes les images du défilé

Transmission du savoir

«Albert Kriemler est un homme généreux qui partage sa savoir avec simplicité» confie Kurt Zihlmann, directeur de la Hochschule für Gestaltung und Kunst de Bâle.

 

Des sacs

Albert K. déclare au sujet de ses sacs: « Vous ne verrez pas dans mes sacs 20 poches ou mille détails métalliques ». Il mise donc sur la forme et la qualité du cuir. Les sacs ne portent aucun logo.

 

Caractéristique de ses sacs – une forme laconique du trapèze
Angelina Jolie porte un sac blanc Akris

 

 

Adresse de la boutique en Suisse
Felsenstrasse 40
Saint-Gall

Sources
Largeur.com
New York Magazine
L’Hebdo
Vogue

 

 

 

 

 

Classé dans:Mode, Swiss made, ,

5 Responses

  1. Merci pour cet article très complet sur Akris! J’ai connu cette marque aux US et j’adore son minimalisme ultra élégant… Mais j’ignorais qu’il s’agissait d’une maison de couture Suisse!

  2. Rose dit :

    Belle découverte, j’aime baucoup la forme originale des sacs. Malheuresement je ne suis pas sûre d’avoir le même budget qu’Angelina…on peut toujour rêver !!!

  3. Mathilde dit :

    le perfecto vert est wahouuu

  4. cléo dit :

    Bonsoir,

    Je voulais te remercier pour ton commentaire laissé sur mon blog, il m’a fait très plaisir!

    J’aime beaucoup ton blog, le style est vraiment sympa et chic! Et le dessin que tu as laissé, trop chou!

    Cléo

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :