Caro Fashionews

EMU vs Moon Boot vs UGG

Trois marques de fabricants des chaussures chaudes pour la neige. Vous pensez les connaître, mais savez-vous quelle sont leurs origines?

EMU

EMU - STINGER HI

EMU est une société australienne fondée en 1994.

Emu est le mot anglais pour désigner un émeu – volatile des terres australes.

La laine et la peau de mouton australiennes sont les matières premières à la base de toute chaussure EMU.

J’ai acheté des EMU Stinger HI grises l’année dernière. Après les avoir fait traiter au Téflon, je les ai portée tout l’hiver, par n’importe quel temps. Elles sont restées comme neuves!

Moon Boot

Moon Boot est une marque italienne créée en 1969 par la maison Tecnica (leader mondial dans l’équipement des sports d’hiver).

Elite black

Pour les moon boots, Tecnica utilise notamment des tiges de nylon imprégnée de résine, de doublure thermo-isolante, des semelles de crêpe, des talons préformés et un laçage entrecroisé du cou-de-pied.

Butter

Cela fait maintenant quatre ans que je porte des moon boot vertes militaires dans la haute neige à la montagne. Elle sont incomparables pour marcher dans la neige.

UGG

UGG est une marque australienne. Ce sont des surfers qui sont à l’origine de ces bottes en peau de Mérinos qui les trouvaient chaudes pour l’après-surf.

Souples, légères et chaudes elles étaient idéales pour marcher dans le sable.

Sheepskin Cuff Boot

En 1978, Brian Smith, un jeune surfer, s’envole pour la Californie et emmène avec lui un sac plein de ces boots en peau de mouton retournée. Le style et le confort vont séduire la société Dexter Outdoor Corporation qui rachète la marque, en 1995, lui permettant de se développer.

En 2000, les ventes de UGG décollent grâce à la présentatrice TV américaine Oprah Winfrey qui tombe amoureuse de la marque et offre une paire de UGG à ses 350 employés.

Les stars commencent alors à les porter: Sarah Jessica Parker, Jennifer Aniston, Eva Longoria, Cameron Diaz, Halle Berry, Kate Moss, Pamela Anderson, Julia Roberts, Léonardo Di Caprio, etc.

En savoir plus

EMU – site officiel

Moon Boot – catalogue

UGG – site officiel

 

Classé dans:Shoes, , ,

Emmanuelle Alt – number 15

Photographiée par Garance Doré (mars 2010)

Emmanuelle Alt n’a pas toujours été rédactrice en chef mode du Vogue Paris.

 

Carine Roitfeld & Emmanuelle Alt

Elle fut coordinatrice mode au magazine 20ans. Un encadré est consacré à ses 10 accessoires mode indispensables et sa passion du « noir« .

Emmanuelle Alt est une fille simple (j’adore!) – peu de maquillage, habillée en gris et noir, jamais de jupe/robe. Sa silhouette longiligne représente à la perfection le style de la parisienne – toujours impeccable, très peu d’erreurs de parcours.

 

hoto de François Goizé - Emmanuelle Alt, Anna Dello Russo et Isabel Marant (oct. 2010)

______________________________________________________________________________

Carine Roitfeld & Emmanuelle Alt à la dernière Vogue Fashion Night de Paris (octobre 2010)

2 filles toutes simples qui font du shopping !

______________________________________________________________________________

Classé dans:Portrait, ,

Hologramme en concert

Hatsune Miku (初音 ミク) est une grande star de la chanson au Japon. Avec son mètre 58 et ses 42 kg, elle ne pèse pas lourd! Effectivement, cette star d’une nouvelle ère n’est pas réelle. Elle a été créée en 2007 par la société Crypton Future Media (Yamaha) pour la publicité d’un logiciel de synthèse vocale appliquée à la musique. Ce programme sortit en 2004 avait comme mascottes des dénommés Meiko et Kaito pour le Japon, Leon, Lola et Miriam pour la version anglaise. Miku Hatsune est la mascotte de la version 2 du programme sorti le 31 aout 2007.

Elle a 16 ans, pèse 42 kg et mesure 1 m 58. Son objet totem est le poireau et sa couleur est le turquoise. Son costume est inspiré du synthétiseur DX-100 de Yamaha (le synthétiseur est reproduit sur ses deux manches). Miku signifie « premier son du futur ». Très rapidement après la sortie du logiciel, Miku est devenue au Japon un phénomène social d’une importance considérable. En effet, un très grand nombre de personnes se mirent à créer et diffuser sur Internet leurs chansons, images, clips vidéo ou animations 3D de Miku.

La chanteuse virtuelle vend des millions de disques et assure des concerts avec un orchestre live devant des milliers de spectateurs qui ont payé leurs billets avec de l’argent bien réel!

Pour comprendre l’énormité de la tournée de Miku Hatsune, regardez cette vidéo tournée dans un stade japonais où 60 000 fans sont réunis.

Classé dans:Clin d'oeil,

Une odeur venant de pays ensoleillés …

J’ai découvert un parfum contenant une de mes odeurs favorites, la fleur d’oranger. Il est produit par l’Occitane et porte le nom de “Fleur chérie”.

Eau de toilette Fleur chérie


Composition
Tête : Néroli, Cassis
Coeur : Jasmin sambac, Absolu fleur d’oranger, Absolu eau de fleur d’oranger
Fond : Patchouli, Cèdre, Musc

CHF 64.-

La gamme comprend 27 autres produits, dont une exquise crème pour les mains.

Composition
– Beurre de karité
– Glycerine
– Huile de pépins de raisin
– Néroli, absolu de fleur d’oranger

CHF 12.-

Néroli et eau de fleur d’oranger, quelle différence?
L’essence de Néroli est une huile essentielle produite à partir de la fleur de bigaradier Citrus aurantium var. amara ou Bigaradia. Son odeur est caractéristique et similaire à celle de la fleur du bergamotier. Le néroli est produit dans les pays où pousse le bigaradier comme la France, le Maroc, la Tunisie, l’Égypte, le Liban et le Paraguay. Les fleurs sont cueillies, généralement à la main, fin avril à début mai. L’essence est produite par entraînement à la vapeur car la fleur est trop fragile pour supporter une distillation. L’eau de distillation dans laquelle s’est solubilisée une infime partie de l’huile essentielle est appelée l’eau de fleur d’oranger.

Bigaradier

Le néroli a un arôme rafraîchissant et reconnaissable, épicé avec des notes sucrées et fleuries. Il est une des huiles florales les plus utilisées en parfumerie. L’essence de néroli est comestible et est largement utilisée comme ingrédient alimentaire dans les pâtisseries (Cornes de gazelles).

En tant qu’huile essentielle, utilisée en aromathérapie et pour les massages, le néroli est considéré comme ayant un effet apaisant pour le système nerveux.

Classé dans:Beauté,

Sarah Burton, l’avenir d’Alexander McQueen – number 14

Le groupe Gucci, propriétaire de la marque Alexander McQueen, décide que la griffe doit continuer à exister suite à la mort de son créateur Lee Alexander McQueen (11 février 2010). Le 27 mai, elle choisit Sarah Burton (35 ans), l’assistante de A. McQueen, comme directrice de la création.


On trouve très peu d’information sur cette personne. Elle a grandi à Manchester. Diplômée de la Central Saint Martins en 1997 (la même école que le couturier A. McQueen), elle débuta dans la maison londonienne en 1996. En 2000, Alexander lui témoigne sa confiance en la nommant responsable du studio femme.

Selon Jonathan Akeroyd, président et chef de la direction d’Alexander McQueen, Sarah Burton a une « profonde compréhension de la vision du créateur« . Cette dernière a d’ailleurs déclaré « La création de vêtements modernes et belle était au cour de la vision de Lee. J’ai l’intention de rester fidèle à son héritage »

Défilé printemps-été 2011 (5 octobre 2010), première collection inspirée par la nature dessinée par Sarah Burton

Le sol en bois naturel avec de la mousse entre les lattes est particulièrement réussi.


Zoom sur les chaussures

Zoom sur les coiffures

Vidéo

Toute la collection
http://www.nytimes.com/packages/html/style/fashionweek/runway.html#spring_2011_mcqueen_alexander


Classé dans:Portrait, ,

Favarger ouvre une boutique sur les quais à Genève

En 1826, au numéro 5 du quai des Bergues (quai des Etuves à l’époque), le chocolatier genevois Favarger fabrique du chocalat. La puissance du courant entraîne les machines. En 1875, la chocolaterie déménage sur les berges de la Versoix, chassée par les établissements de luxe qui occupent petit à petit le quai des Bergues (et qui y sont restés depuis!)

Quelques années plus tard (184 ans pour être exact!), Faverger reprend place au quai des Bergues, mais sous forme d’une boutique de 180 m2. Le directeur général, Jean-Baptiste Maugars explique la volonté de la chocolaterie de «reprendre les choses à la base, sur les lieux mêmes de notre genèse».

 

Nouvelle boutique au 19 quai des Bergues

Les spécialités
Le praliné est la grande spécialité de Favarger. Le produit phare se nomme “aveline” – papier doré, noisettes croquantes, paillettes d’amandes, chocolat pur lait – je vous le recommande pour toutes celles qui ne connaissent pas !


La “nougaline” est pas mal non plus avec sa coque de nougat et sa crème de noisette.

Pour celles qui connaissent par coeur toutes les gammes Faverger, l’ouverture de la boutique du quai des Bergues sera le prétexte au lancement d’une nouvelle gamme. Une quarantaine de parfums imaginés par le maître chocolatier Markus Jörg, de cassis-violette à la pâte d’amande imbibée d’absinthe, en passant par le yuzu, l’earl grey et autres variations autour du praliné.

Dès 2011, toute la gamme aura été revue, promet Jean-Baptiste Maugars. En plus des bonbons frais, une branche de luxe, lait et 100% praliné, sans aucun additif, des tablettes inédites, des fondues aux parfums nouveaux.

Les ingrédients

  • Noisettes du Piémont
  • Amandes marcona et valencia
  • Cacaos de Madagascar et de Bali
  • Sucre et lait suisses
  • Eaux-de vie locales
  • Beurre de cacao (pas de graisses végétales et hydrogénées, pas d’OGM)
  • Arômes naturels

L’histoire de Favarger en quelques mots
Depuis 1826, sept générations familiales se sont succédées à la tête de la Chocolaterie. L’histoire commence par un mariage. Un horloger, Jean Samuel Favarger, monteur de montres épouse Suzanne, la fille du chocolatier Jacques Foulquier. Il développe, aux cotés de son beau-père, la chocolaterie.


En 1901, Jacques Favarger lance le chocolat au lait «les trois suisses». En 1922, ses descendants inventent l’Aveline puis en 1932 la Nougaline.


La Chocolaterie Favarger a toujours concentré l’essentiel de ses ventes sur le Canton de Genève même si elle créa en 1907 une succursale à Saint-Etienne (France), et que très vite des amateurs lointains génèrent des exportations : Ukraine, Scandinavie, Syrie, Egypte ou Italie.
En 2003, un entrepreneur croate issu de l’industrie du lait reprend la maison.

Adresses
www.favarger.com
Boutique Favarger – 19, quai des Bergues – Genève

Classé dans:Boutique, Swiss made,

Trop kitsch pour être vrai ! # 01

Le chausseur italien, Alberto Guardiani,  a conçu un escarpin en suede avec un talon en forme de rouge à lèvres.

Espérons que le talon ne s’use pas aussi rapidement qu’un tube de rouge à lèvres!

Il me semble qu’il se soit inspiré d’un rouge Chanel

L’escarpin est disponible en plusieurs couleurs…. de talons!

En savoir plus

Site officiel

Page Facebook

Classé dans:Clin d'oeil,

Premier ordinateur Apple, un collector !

Le 23 novembre prochain, à Londres, la maison Christie’s va mettre en vente aux enchères un exemplaire du premier ordinateur personnel de la marque Apple, prénommé “Apple I”. Il est révolutionnaire car il est le premier micro-ordinateurs à combiner un clavier, un microprocesseur et une connexion à un moniteur.

Comme je me sens vieille en voyant l’allure de ce dinosaure en bois!

Cet Apple I est sorti en avril 1976 du garage des parents de Steve Jobs où ce dernier travaillait avec Steve Wozniak. Il se présente sous la forme d’une simple carte mère qui était vendue pré-assemblée. Selon la description faite par Christie’s, il s’agissait d’une avancée majeure face aux kits à monter soi-même commercialisés à l’époque. Cependant, pour en faire un ordinateur fonctionnel, les utilisateurs devaient encore ajouter un boîtier, une alimentation, un clavier, et un écran. Une carte facultative, fournissant une interface pour un lecteur de cassette, fut proposée plus tard pour un prix de 75 $. Son prix était alors de 666,66 $. Environ 200 unités furent produites. La production fut arrêtée en mars 1977, avec l’apparition de son successeur, l’Apple II.

Le lot mis aux enchères possède ses emballages d’origine, une cassette (avec du code en BASIC qui comprendrait l’interface), divers manuels et un courrier publicitaire signé de Steve Jobs. La vente de cet appareil de collection, l’un des cinquante derniers en circulation, est estimée entre CHF 156’000 et CHF 235’000 (un Apple I s’est vendu pour 50 000 $ aux enchères en 1999 ; cependant le prix moyen d’un Apple I se situe entre 14 000 $ et 16 000 $. )

Spécifications techniques !

  • Processeur : MOS Technology 6502 8 bits cadencé à 1 MHz
  • Bus système : 1 MHz
  • Mémoire vive : 8 Ko, extensible à 64 Ko
  • ROM : 256 octets
  • Affichage : 40×24 caractères

Sources
20 minutes
Eureka Presse
Wikipedia
ZDnet

Classé dans:Clin d'oeil, , ,

Petit nouveau dans la presse féminine francophone

J’ai acheté ce matin le premier numéro du magazine Les Pétroleuses et le dernier au kiosque de mon quartier. Le magazine a-t-il  eu beaucoup de succès ou a-t-il été distribué en trop petite quantité… ?!

Ma première impression fût la suivante… magazine peu épais (un manque de publicité ou de sujets?), format oblong hors du commun, typographie grande et ronde qui donne une image de qualité moyenne, le rose apporte une touche hyper girly que j’apprécie pas vraiment, cette impression est confirmée par leur slogan “le magazine qu’on aimerait avoir comme copine”… vous l’aurez compris, j’étais pas emballée!

Après l’avoir feuilleté, mon plus grand étonnement fut l’absence totale de page publicitaire… sentiment bizarre, nous ne sommes pas habituées… rien que pour cela (mais pas seulement !), je vous conseille de l’acheter.


L’édito donne le ton du magazine. L’indépendance et donc un petit budget sont le cadre dans lequel évolue les rédactrices de Pétroleuses.

Je vais commencer par les pages que je trouve intéressantes, mais sans grande révolution par rapport aux autres magazines féminins:

  • 14 pages d’actualité en tous genres – société, sorties cinéma / DVD, CD, livres, théâtre, concerts, people, chiffre du mois, le blog du mois
  • Vie de couple rédigée par la blogueuse Maïa
  • Pages boulot – Interview pro d’une fille brillante en affaires – Hapsatou Sy – créatrice de salons de beauté.
  • Street style sur une double page.
  • Sport avec un sujet sur la boxe
  • Pages nutrition et cuisine
  • Pages déco et jardinage
  • Pages techno
  • Pages voyages

 

Ce qui m’a plu – un contenu décalé et différent ou un sujet particulier

Kat Karsen
J’ai découvert une illustratrice intelligente et pleine d’humour, Kat Karsen, au travers de la BD “Paloma”. Elle image le dossier de ce numéro de novembre sur la “réalité augmentée” – la superposition d’images ou d’informations virtuelles à la perception que nous avons de la réalité. Retrouvez-là sur son blog ainsi qu’ici et .

Maïtena Biraben
Une interview de Maïtena Biraben car les suisses la connaissent bien car elle a travaillé de 1989 à 1996 à la Radio Suisse Romande. Puis à la télévision suisse rommande durant les années 1990 où elle anime plusieurs émissions, en tant que productrice artistique et animatrice. Malgré une grande popularité en Suisse, elle la quitte et se rend à Paris après diverses auditions avec Philippe Bouvard et Thierry Ardisson. Voila pour la petite histoire qui n’est pas mentionnée dans l’interview…

Svetlana
La rubrique sur Svetlana la jeune fille au pair ukrainienne m’a bien amusée même si je n’ai pas encore d’enfant! Elle a été écrite par Astrid du blog lapinmalin.

Shooting mode & accessoires
Des photos naturelles du genre “on aurait pu prendre ces clichés entre copines” et des vêtements à prix abordables.

Beauté & santé
Deux thèmes approchés de manière décomplexée et sans glamour, portant des titres évocateurs “Comment échapper à la sale gueule de novembre?” (rédigé par Hélène Legastelois auteure de monblogdefille) et “L’herpès ou les liaisons dangereuses”

En savoir plus
Magazine édité par One plus one presse (Paris)
Site officiel
Le prix suisse est de CHF 5.60 ce qui le place dans le marché des magazines mensuels féminins.
Il paraît tous les deuxièmes vendredis de chaque mois.

***********************************************************************************************************

Mais au fait, d’où vient le nom « Les pétroleuses »?

Certainement du western réalisé par Christian Jaques en 1971 avec Brigitte Bardot et Claudia Cardinale.

***********************************************************************************************************

Classé dans:Magazine,

Les blogueuses belges, des filles remarquables!

Je lis régulièrement des blogs belges. Ils constituent un excellent complément francophone aux blogs suisses (trop peu nombreux) et au blogs français (parfois trop sérieux). En effet, la plupart des blogueuses belges suivent la mode de près, mais la décryptent avec humour, point que j’apprécie tout particulièrement!

Je vous livre mes lectures quotidiennes…

Alerte à Liège – le blog de Sophie décrypte la mode d’un oeil acerbe et plein d’humour.

Visiter le blog

************************************************************************************************

Unlimited clothes – le blog de Cyrielle propose régulièrement ses looks mode extrêmement bien maîtrisés.

Visiter le blog

************************************************************************************************

Discovery – le blog de Laura revisite les looks des défilés ou des icônes mode.

Look burberry à petits prix

Visiter le blog

************************************************************************************************

Mod’elle POP – blog bruxellois de Cynthia mélange subtilement la musique et la mode.

Interview de Cynthia

Visiter le blog

************************************************************************************************

En savoir plus

Sélection du magazine Elle Belgique

************************************************************************************************


Classé dans:Revue de blogs, , , , , , , ,

Anciens articles

Points d’intérêt

J’écoute …