Caro Fashionews

A ne manquer sous aucun prétexte !

Karl Lagerfeld déshabille la Fashion Week d’ARTE du 28 février au 6 mars 2011… titre prometteur…!

A l’occasion de la Fashion Week parisienne du prêt-à-porter automne-hiver 2011-2012 (du 1er au 9 mars), ARTE propose sept soirées consacrées à la mode, à ses créateurs et à ses icônes. Karl Lagerfeld a accepté de présenter cette semaine spéciale en livrant sa vision personnelle de chaque programme. Des séquences exclusives réalisées par Loïc Prigent – 6 fois 52 minutes.

Loïc Prigent

Du 28 février au 6 mars, de Paris à Milan en passant par New York et Londres, les plus grands noms de la mode défileront à l’antenne. Portraits, films, mais aussi les deux nouveaux volets de la série de Loïc Prigent, Le jour d’avant.

1er mars – 20h40 – Donatella Versace

Pour la toute première fois, Donatella Versace autorise l’accès à son processus de création et à la maison Versace.

Des ateliers aux essayages à un passage dans la chambre de son frère défunt Gianni Versace. Un monde de perfection clinquante à l’italienne, géré par une Donatella, mystérieuse et plus fragile que l’on ne croit. Entre les robes de stars, la précision des coupes et la difficulté de faire exister un style flamboyant à l’heure de la crise économique, Donatella a du pain sur la planche. Un aperçu intense de la vie d’une des plus grandes divas de la mode.

1er mars – 21h35 – Fendi par Silvia Fendi et Karl Lagerfeld

La maison Fendi reste à ce jour la plus grande marque de fourrure du monde, symbole du luxe italien. Elle a été créée en 1925 par Adèle Fendi.

En 1999, Fendi est devenu l’un des joyaux de l’empire du luxe de Bernard Arnault (LVMH). Karl Lagerfeld a pris les rênes de la maison il y a plus de 40 ans et collabore depuis avec la famille Fendi. Silvia Fendi, héritière de l’esprit Fendi, directrice des accessoires, a dessiné, il y a quelques années, le sac baguette, aujourd’hui vendu à plus d’un million d’exemplaires. Ce film dévoile aussi une des facettes moins connue du talent de Karl.

1er mars – 22h30 – Proenza Schouler

Jack McCollough et Lazaro Hernandez se sont rencontrés à l’école. « Proenza Schouler » sont les noms de jeune fille de leurs mamans respectives.


Comme ils ne disposent pas, pour l’instant, de budget mannequins, elles sont donc rémunérées en vêtements, chaussures et sacs. Repérés par Anna Wintour, ils obtiendront une bourse qui leur permettra de faire leurs premières collections. Ils ont connu une ascension fulgurante sur la scène de la mode américaine. Depuis le début, la presse les a soutenu et a crié au génie.

2 mars – 20h40 – Jean-Paul Gaultier

Il a créé sa marque en 1976 lançant à lui seul une révolution culturelle. Personne avant lui n’a autant bouleversé la scène de la « mode parisienne ».

Sa signature – une rayure marinière, un sens aigu de la coupe, des jupes pour homme, un goût pour la provocation. Une popularité bien réelle comme l’atteste ses différents parfums. Parmi ses fidèles, Madonna, Kylie Minogue… Il a réuni dans sa propre maison tous les savoir-faire de la haute couture. Pas de prestataires extérieurs… Tout est là, sur sept étages, du sac aux chapeaux en passant par les chaussures, les bijoux, etc… Tout est sur place, même le défilé.

2 mars – 21h35 – Sonia Rykiel

40 ans de mode, de succès, de provocation, de libération de la femme. Ce jour là, c’est la grande fête des 40 ans de la marque.

L’enjeu est multiple – il faut organiser le défilé habituel, mais aussi un dîner géant avec plus de 500 invités avant que n’arrivent 1 000 journalistes, rédactrices et invités pour le défilé. Et cerise sur le gâteau, Nathalie Rykiel, la fille de Sonia Rykiel a organisé une surprise pour sa mère, un second défilé surprise où trente des plus grands créateurs du monde entier vont rendre hommage à Sonia Rykiel avec une silhouette, leur vision de la femme Rykiel. Et là où tout se corse, c’est que Sonia Rykiel, si elle se doute qu’il y a une surprise, n’a aucune idée de ce second défilé hommage.

3 mars – 22h40 – Kate Moss création d’une icône

Silhouette gracieuse, mèches blondes, pas spécialement grande et même presque insignifiante quand elle n’est pas maquillée ni apprêtée, Kate Moss joue pourtant gagnante sur tous les tableaux.

Tout à la fois mère, modèle, muse et milliardaire, elle provoque et profite de son mythe. Nicola Graef l’a suivie à la trace pour découvrir comment se fabrique une icône.

La carrière de Kate Moss a débuté en 1993 – fragile et pâle dans sa nudité – elle incarne une Obsession pour Calvin Klein. Puis ce sont – entre autres – Yves Saint-Laurent, Dolce et Gabbana, Versace qui sont séduits par son look androgyne et sa beauté plus brute que celle des top models glamour et battantes des années 80. Elle inspire aussi musiciens, artistes et photographes, devient une égérie de la culture pop. Mais quelles stratégies se cachent derrière ce succès ? Pourquoi se retrouve-t-elle à la une de tabloïds dénonçant sa vie débridée ? La documentariste a suivi le mannequin de podiums en studios de prise de vues et recueilli les témoignages de Vivienne Westwood, Peter Lindbergh, Mike Iggis et autres grands noms de l’univers de la mode et de la photographie.

4 mars – 20h40 – Lagerfeld Confidentiel

Après 3 ans de travail et au fil de plus de 300 heures de tournage, Rodolphe Marconi dévoile avec un regard de cinéaste le quotidien de Karl Lagerfeld et l’intimité d’une personnalité restée secrète.

Le spectateur participe à une promenade philosophique au plus près de son sujet – la préparation d’un vêtement, les interviews, le travail du photographe, sa collection de livres d’art, Chanel, Fendi, Lagerfeld Gallery (aujourd’hui la marque Karl Lagerfeld), les plus belles filles du monde, les actrices et personnalités du monde entier.

4 mars – 22h10 – Vivienne Westwood: Do it yourself

Depuis 1970, elle déconstruit la mode pour sans cesse la réinventer. Vivienne Westwood n’est pas une designer classique. Elle a l’âme d’une révolutionnaire. Avec corsets et faux-culs, elle a réhabilité l’esprit de 1789. Aujourd’hui, devenue Lady Westwood, elle reste subversive et provocatrice à l’image du mouvement punk qu’elle a habillé dans les années 70. La réalisatrice l’a suivie pendant un an.

5 mars – 21h45 – Diane Furstenberg

A New York, Diane von Furstenberg est une institution. C’est la femme la plus puissante de la mode américaine et la plus drôle aussi !  Les américains la connaissent tous et l’appelent comme le logo de sa marque – DVF.
Suivre DVF est une épreuve, un marathon.

48 heures avant le défilé, la princesse Diane, d’origine belge, continue à tout gérer – placement stratégique des invités, défilé, sa collection, essais maquillage mais aussi ses responsabilités de patronne et ses indispensables cours de yoga et petits-enfants. Les ateliers peinent à suivre ce tempérament hors du commun, d’autant que la robe portée par DVF à la fin du show demande autant de travail que celles des mannequins !

En savoir plus
ARTE Fashion Week

Laissez un commentaire

Classé dans:Mode, , , ,

3 Responses

  1. mll mag dit :

    hihihi moi aussi j’en ai parlé sur mon site….
    Mais c’est clair qu’il ne faut pas louper ca!!!
    http://magmoiselle.fr/?p=4609

  2. Margaux dit :

    Merci pour cette programmation 🙂 !
    Au moins je ne risque de rien manquer 😉

    Belle soirée, bises.
    M.

  3. zoé dit :

    Arrgh c’est qu’elle est toujours plus belle…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :