Caro Fashionews

Un Jérôme Dreyfuss shoppé en ligne…

Les sacs JD sont mal distribués en Suisse. A Genève, la boutique Village propose quelques modèles.

La solution…. Internet!

Jérôme Dreyfuss a ouvert depuis quelques jours une boutique en ligne. Désormais, même les petites suissesses campagnardes (Heidi et compagnie) pourront se procurer ces merveilleux sacs!

Les formes de Jérôme Dreyfuss reflètent sa manière très décontractée d’aborder la vie, avec la plus grande simplicité. Il conçoit des sacs destinés à être utilisés, usés et aimés, dans des matériaux luxueux comme le cuir, les peaux souples ou le python. Ils portent des noms de garçons… d’où le slogan provocateur « Offrez-vous un nouveau compagnon!« 

BILLY M

LUCIEN

 

MAX

CARLOS

ALBERT

IGOR

BILLY L

TWEE

TWEE MINI

MOMO

Boutique en ligne

Quelques mots sur le créateur

Jérôme Dreyfuss n’a que 23 ans lorsqu’il présente sa première collection de «Couture à Porter» en 1998. L’audacieux jeune homme séduit, ses créations étonnent et Jérôme devient très vite celui qu’on appelle «l’enfant terrible de la mode française». Cette année-là, il décroche la très convoitée bourse de l’Andam, attribuée par le ministère de la culture. Son étonnant corset en ruban adhésif entre au Musée de la mode la même année.

Au fil de ses collections présentées entre 1998 et 2002, Jérôme dévoile une femme sexy et drôle – une élégance décalée et un caractère imprévisible. Il créera même quelques look pour Michael Jackson en 1999 a l’occasion de son dernier album.

 

Jerome Dreyfuss avec sa compagne Isabel Marant

Octobre 2002 marque un tournant dans la carrière de Jérôme Dreyfuss qui décide, après ces années d’effervescence, de recentrer son travail et de se consacrer aux accessoires. Il crée une ligne de sacs qu’il baptise «Roots de luxe». Des sacs en reptiles ou cuirs souples aux volumes généreux et détails astucieux, façonnés par des artisans sélectionnés pour la qualité de leur savoir faire. Le succès s’installe et Jérôme tisse à nouveau avec les femmes, les liens qu’il avait crées grâce à ses collections de Couture-à-Porter.

En 2006, Jérôme Dreyfuss lance le label «Agricouture». Une prise de position en faveur d’une création respectueuse de l’environnement – de l’élevage des bêtes jusqu’à la finition de ses sacs, Jérôme Dreyfuss s’engage pour une nature préservée et des conditions de confection saines.

Depuis l’été 2010, le créateur propose une ligne capsule de vêtements en cuir aux peausseries souples et aux coupes exclusives.

En mars 2008, il ouvre sa 1ère boutique à Paris dans le quartier de Saint Germain des Près (1 rue Jacob – Paris 6ème). Puis en mars 2010, Jérôme Dreyfuss ouvre un nouveau point de vente à New York dans le quartier de Soho (473 Broome Street – 10013 New York).

Laissez un commentaire

Classé dans:Accessoires, ,

Un flacon hors du commun

J’ai craqué sur le nouveau flacon de parfum de la marque Azzaro que j’ai pu admirer en exclusivité (il sera en vente à la fin du mois prochain)

Après les parfums Azzaro Now (2007) et Azzaro Twin (2009), la marque italienne lance deux parfums complémentaires, le doré pour femme et l’argenté pour homme. Les points communs – une même forme de flacon et une composition à base de pamplemousse et de musc. Son petit nom – Azzaro Duo – tout simplement !

Senteurs du Women

  • Pomme rouge
  • Pamplemousse rose
  • Fleur de la passion
  • Fleur de gardénia
  • Patchouli
  • Bois de cèdre
  • Musc
  • Orchidée vanille

L’oeuvre de Nathalie Lorson (Firmenich)

Senteurs du Men

  • Pamplemousse
  • Galbanum
  • Gingembre pourpre
  • Baie de genièvre
  • Vétiver
  • Fève tonka
  • Musc
  • Myrrhe

L’oeuvre d’Antoine Lie et Guillaume Flavigny (Givaudan)

Il est amusant de constater que les deux parfums ont été composés par les deux grands concurrents du monde des fragrances !

Quelques mots sur Loris Azzaro

Loris Azzaro, né le 9 février 1933 à Tunis et mort le 20 novembre 2003 à Paris. Il était couturier et parfumeur français. De parents siciliens, il suit des études à la faculté de lettres de Toulouse. Après avoir obtenu sa licence de lettres modernes, il enseigne l’italien dans plusieurs collèges tunisiens. En 1962, il s’installe à Paris. Mais ce n’est que trois ans plus tard, qu’il crée sa première entreprise d’accessoires de mode.

Il devient célèbre en 1968, grâce à Marisa Berenson qui avait porté sa robe aux trois anneaux de strass, dont l’un partait du cou. Le styliste, dessinait des collections féminines, était reconnu par son glamour qui sublimait le corps de la femme.

Le couturier Loris Azzaro est mort d’un cancer le 20 novembre 2003 à Paris à l’âge de 70 ans.

Azzaro parfumeur

Indissociable du métier de couturier, celui de parfumeur. A ses yeux, il ne pouvait alors y avoir une ligne féminine sans l’exaltation d’un parfum. Il créer alors une suite de parfums tels:

  • 1975 : Azzaro Couture, directement inspiré des créations couture d’Azzaro (les robes ajourées de cercles).
  • 1978 : Azzaro pour homme, inspiré de lui-même, impétueux, séducteur et charismatique.
  • 1984 : Azzaro 9, composé d’un bouquet de 9 fleurs jaunes et blanches.
  • 1985 : Acteur
  • 1993 : OhLala
  • 1995 : Eau Belle
  • 1996 : Chrome
  • 1999 : Azzura
  • 2000, 2001, 2002 : Saga Azzaro Collection avec dans l’ordre Pure Vetiver, Pure Lavender et Pure Cedrat, qui voit suivre la même année Orange Tonic.
  • 2003 : Visit for men
  • 2004 : Visit for woman et Chrome Silver Blue Edition
  • 2005 : Pink Tonic
  • 2009 : Elixir pour homme

Laissez un commentaire

Classé dans:Beauté, ,

Une brasserie moderne

Une idée sortie pour demain soir… L’Armoire

Un restaurant que j’apprécie particulièrement pour son ambiance feutrée, la qualité de ses vins (même si je ne peux plus en boire durant de longs mois…) et sa petite carte à base de viande rouge, accompagnée d’un cornet de frites d’inspiration belge. La cuisine « fusion » est toujours fraîche et faite maison. Le service est impeccable. Idéal pour un dîner en tête à tête ou pour un repas entre amis.

Dans un style classique contemporain, l’Armoire est composé de 2 salles: la première, la plus grande, est lumineuse avec ses imposants miroirs au look années 20, style vieilles brasseries parisiennes. Au mur, on peut lire de petites citations philosophiques telles «Le paradis terrestre est où je suis» ou «La route de l’excès mène au palais de la sagesse»… Cette pièce est très prisée, que ce soit le midi, à l’apéritif ou le soir.

Pour une ambiance plus intimiste, l’idéal est de s’installer dans la deuxième pièce. Vous passerez devant un vieux piano pour arriver dans un endroit empreint de sérénité : salle climatisée, décorée d’un splendide lustre et de la fameuse Armoire du XVIIe siècle remplie d’accessoires anciens.

Adresse
4, rue du Vieux-Collège
GENÈVE
Suisse
Tél : +41 22 311 37 24
Ouvert du lundi au mercredi de 10h à minuit, du jeudi au samedi de 10h à 2h.
Restauration du lundi au samedi de midi à 23h, non-stop.

Laissez un commentaire

Classé dans:Bar & resto, ,

The Lady Collection

Swatch s’est largement inspiré des bracelets Hermès dans ce nouveau modèle que, personnellement, je trouve réussi. Mon choix s’est porté sur le bleu ciel (soft sky) qui ira bien sur une peau bronzée… à porter donc de juin à octobre, avec des couleurs claires ou du blanc. Petit prix de CHF 50.- pour ce modèle en plastique doux et léger.

Je ne suis pas une très bonne patriote car il s’agit là de ma première montre Swatch… il faut dire que normalement je n’aime pas leur look, même si je reconnais un certain génie dans le concept de Nicolas Hayek.

Laissez un commentaire

Classé dans:Accessoires, , ,

Androgyne

Un nouveau mannequin que tous s’arrachent… rien d’exceptionnel? Sauf qu’Andrej Pejic est un homme et qu’il défile chez les hommes et les femmes depuis un an et demi. Mannequin unisexe, il est le fer de lance des femimen, ces êtres au look androgyne comme Léa T., transsexuel brésilien et nouveau visage de Givenchy, ou Martin Cohn, très féminin pour Gianfranco Ferré.

Le succès des femimen fait dire au New York Times que 2010 a été l’année des «transsexuels et des transgenres». Leur arrivée dans la mode reflète l’abolition des genres déjà courante dans les vêtements et laisse la place à des personnages dont seul l’élégance et la beauté absolue importent.

«La mode, c’est offrir des choix aux gens. Etre un homme ou une femme n’a plus d’importance», estime Seda Dominic, rédacteur en chef de Vogue Turquie qui a fait poser Andrej Pejic.

Le créateur Marc Jacobs a mis le jeune homme blond comme les blés dans sa nouvelle campagne. Idem chez Gaultier qui a fait d’Andrej Pejic le visage de sa collection automne-hiver 2011, aux côtés de son alter ego féminin, le top Karolina Kurkova. On l’a également vu au hasard des pages du Vogue italien et français.

Bio express

Cette success story débute en Australie en 2009. Andrej Pejic envoie ses photos à l’agence Chadwick Models, à Melbourne. Le directeur, Matthew Anderson, est intrigué et le convoque immédiatement. Séduit, il lui demande de passer son bac avant de le lancer sur le marché.

«C’était risqué. Soit il devenait une star, soit il ne faisait rien, mais on croyait en son potentiel», explique-t-on à l’agence mère. «C’est l’un des mannequins les plus hot du moment, hommes et femmes confondus», selon Matthew Anderson.

Une ambivalence qui a encore séduit l’agence Storm, à Londres, et New Madison, à Paris, qui le représentent en Europe. Les couturiers de Milan et de Paris ont suivi, le mettant à l’honneur dès juin 2010.

«Au début, les photographes essayaient de me rendre plus masculin, confie le mannequin interrogé par le Herald Sun. Aujourd’hui, ils acceptent mon look et jouent avec mon côté féminin.»

Ce côté-là, Andrej Pejic, fan de David Bowie et d’Amanda Lear, en a eu conscience dès l’enfance. «Dès que je suis sorti du ventre de ma mère!» rit-il. Né en Bosnie d’une mère serbe et d’un père croate, Andrej n’a que 2 mois lorsqu’éclate la guerre. Ses parents fuient la région et s’installent en Serbie. Huit ans plus tard, il arrive dans la banlieue de Melbourne, où la famille a obtenu l’asile. C’est là qu’Andrej grandira avec sa mère, sa grand-mère et son frère aîné.

«A l’école, mon look intriguait, mais on ne s’est jamais moqué de moi», détaille celui qui rêve un jour de poursuivre ses études. «Les mecs me prenaient souvent pour une fille. Ça m’a surtout permis de boire des verres à l’œil!»

Si tous s’interrogent sur ses préférences sexuelles, l’ange blond refuse de se définir. A un journaliste qui lui demandait «aimez-vous les hommes ou les femmes?» il rétorqua subtilement: «J’ai deux amours. Paris et le vin.»

Magnifique série de photographies prises par la photographie de mode Sabine Villiard dans le dernier numéro du magazine Photo.

Laissez un commentaire

Classé dans:Mannequin, ,

Ah si j’étais riche / number 3

En pleine semaine du salon de l’auto de Genève, je ne pouvais pas éviter de vous parler de voitures. Comme beaucoup de filles, j’adore les voitures et cela depuis mon plus jeune âge (enfant, je préférais mon garage à mes poupées!)

Si j’étais riche… je n’hésiterais pas une seconde et craquerais pour une Ferrari – la SA Aperta.

Elle ne sera fabriquée qu’à 80 exemplaires – chiffre correspondant à l’âge de l’usine Pininfarina. « SA » représente les initiales de Sergio et Andrea Pininfarina, fils et petit-fils de Gian-Battista Pininfarina, le fondateur de l’entreprise qui a conclu en 1952 un partenariat avec Enzo Ferrari.

La SA Aperta est une Ferrari V12 découvrable. Sa configuration très ouverte, voit son pare-brise sensiblement abaissé et sa hauteur totale minorée. L’habitable est constitué de carbone, de cuir et d’alcantara.

Le moteur V12 est repris de la GTO, il développe 670 CV à plus de 8000 tours et son couple affiche 620 Nm. La boîte de type F1, au bénéfice de 6 rapports, n’a besoin que de 60 millisecondes pour passer une vitesse. Elle passe de 0 à 100 km/h en 3,6 secondes et atteint une vitesse maximale de 325 km/h. La consommation est de 17,5 l. aux 100 km en cycle mixte.

Le rêve continue par ici.

Laissez un commentaire

 

Classé dans:Luxe, ,

Clochard style

Cheng Guorong, 34 ans, le clochard le plus sexy de Chine.

Il y a une année, une blogueuse vole une photo de Cheng Guorong et la publie sur son blog. Depuis, les internautes chinois ont adoubé Cheng Guorong comme nouvelle icône du style. Ce père de deux enfants originaire de la province de Jiangxi est arrivé en ville en 2000, pour finir par sombrer dans la misère la plus totale en 2003. Qu’importe, les communautés de jeunes branchés voient en lui «le Prince des Clochards».

Rebaptisé «Brother Sharp» par ses groupies, Cheng Guorong est la preuve vivante que la mode vient bien de la rue. Comble de l’ironie, cet homme est désormais continuellement poursuivi par les paparazzi alors qu’il demeure dans les rues, toujours habillé des mêmes loques… pour le plus grand plaisir des fashion connaisseurs.

Cheng Guorong a déménagé à Ningbo en 1996 pour y trouver du travail  afin de faire vivre sa femme et ses deux enfants, mais il a perdu à la fois son emploi et ses économies. Il avait trop honte pour recontacter sa  famille. Ce n’est qu’en janvier dernier, grâce à sa photo largement diffusée sur Internet, que sa famille a su qu’il était encore vivant. Il est  retourné chez lui pour la première fois en 14 ans pour découvrir que  son père et sa mère ont été tués dans un accident de voiture.

Depuis qu’il connaît la gloire via Internet, Cheng est demeuré très discret et réservé. On lui a fait des offres pour apparaître dans des messages publicitaires et il a même travaillé comme modèle lors de défilés de  mode, car son look a inspiré des couturiers.

Le tournage d’un film à son sujet est en préparation…

Source
Dailymail

Laissez un commentaire

Classé dans:Clin d'oeil,

Anciens articles

Points d’intérêt

J’écoute …