Caro Fashionews

Relooking du meilleur magazine féminin helvétique

C’est bien simple, on ne le reconnaît plus! Edelweiss a changé de peau – nouveau logo, nouveau contenu, nouvelle typo. Il ressemble désormais à un magazine de design.

La nouvelle maquette a été conçue par 2 anciens étudiants de la Haute Ecole d’Art et de Design de Genève – Joanna Schaffter et Vincent Sahli – 2 graphistes qui travaillent actuellement à New York.

Né en 1998, le mensuel féminin a connu un premier changement de maquette en 2005. Pour ce deuxième relooking, les graphistes et la rédactrice en cheffe – Laurence Desbordes – ont misé sur l’audace et la beauté.

Le but, c’est que le lecteur ait autant de plaisir à lire qu’à regarder le magazine. On peut jouer autant avec les couleurs dans les textes qu’avec la taille des colonnes. Le texte a autant la forme d’une image qu’une image elle-même. C’est un incroyable changement visuel.

Interview de Laurence Desbordes sur notre chaîne nationale lors du décès d'Yves Saint-Laurent

Le contenu a lui aussi été étoffé – plus de reportages, d’enquêtes et d’histoires de produits qui ont une longue tradition (ma rubrique préférée!)

Notre objectif est de tendre vers le Vogue français tout en restant très suisse.

 Une réussite!

Edito

Une nouvelle robe
Par Laurence Desbordes
Mis en ligne le 18.04.2011 à 09:29

L’humain est ainsi fait, il n’arrive jamais à satiété. Il est de ceux qui sont en constante appétence. Dans le désir permanent d’aller toujours plus loin, toujours plus haut. D’être toujours plus. 
Il est pétri, ou plutôt nous sommes pétris – car c’est de nous qu’il s’agit –, de ces envies qui, au fil du temps, sont devenues notre oxygène.
Bien sûr, certaines de nos aspirations, plus triviales que d’autres, gravitent dans la sphère de la possession. Ce sont de petites convoitises, synonymes de plaisirs futiles, légers et vivi fiants. Des caprices polymorphes, qui se transforment en l’achat d’un nouveau sac Susannah Hunter aux couleurs de l’été – alors que l’on en a déjà une petite trentaine –, dans la quête d’une énième paire de lunettes de soleil Balenciaga qui nous donne l’air d’une mouche béate, ou plus simplement d’une eau de parfum Guerlain réveillant les émois des premières soirées aux côtés de notre chéri. 
Cette fringale d’inédits cristallise en fait un perpétuel besoin de se remettre en question; de ne jamais rien prendre pour acquis, de tendre vers l’inatteignable perfection. 
C’est cette soif constante de mouvements, de changements qui nous propulse vers de truculents défis et empêche de se complaire dans une situation certes plaisante, mais si peu palpitante. 
Enfin, c’est ce besoin d’adrénaline qui a motivé EDELWEISS à se réinventer pour mieux virevolter vêtu de nouveaux atours. Mieux vous séduire dans une nouvelle robe sur mesure, encore plus audacieuse, qui épouse à la perfection notre nécessité de plaire sans jamais nous trahir. Pour mieux vous éblouir sans fin.

Laissez un commentaire

Classé dans:Magazine,

One Response

  1. isis dit :

    Cela donne quoi : virer vers le vogue français en restant suisse ????

    Bisous !!!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :