Caro Fashionews

Guide de Genève – bien fait et gratuit

 

Les transports publics genevois sont à l’origine du guide « Le renard sur la lune« , la 4ème édition (2012) sort demain.

L’origine du Renard

C’est l’histoire d’un Renard qui vivait sur la Lune et qui s’ennuyait tellement qu’il passait son temps à regarder la Terre. Grâce à ses yeux perçants, il voyait tout. Il suivait l’activité humaine d’heure en heure, rêvant de pouvoir rejoindre un jour cette planète si riche en belles choses.

Une ville l’attirait tout particulièrement. Elle était construite autour d’un grand Jet d’eau dont la forme lui rappelait sa queue en panache. Un beau matin, n’y tenant plus, le Renard prit son élan et sauta. Il plongea dans la Rade, s’ébroua et commença à explorer cette ville qu’il connaissait déjà par cœur pour l’avoir si longtemps observée d’en haut. Quel plaisir! Il s’en alla goûter à tous les restaurants, testa les cafés et les spas, fréquenta les lieux culturels et s’offrit de longues balades au bord du Rhône et de l’Allondon.

C’est ainsi que le Renard devint l’un des meilleurs connaisseurs de Genève, alliant sa connaissance lunaire du canton à une infatigable pratique du terrain. Tout le monde lui demandait des conseils pour sortir, découvrir, déguster. Il prodiguait ses bons plans avec une pointe de snobisme, que les Genevois lui pardonnaient volontiers, tant était grand et sincère son amour de la ville. La communauté tarifaire unireso, reconnaissante, lui dédia un de ses trams et lui proposa d’éditer ses mémoires dans un guide urbain.

Lors de ses virées, le Renard avait fait la connaissance de nombreux humains qui, eux aussi, connaissaient les meilleurs plans genevois. Il les appelait ses Experts. Ensemble ou séparément, ils testaient tous les endroits recommandés dans le guide. Ils formaient un véritable réseau social,la meilleure banque de données dela ville. On les consultait sur tout.

Chaque année, le Renard et ses experts publiaient leur guide urbain, devenu l’outil indispensable de tous les Genevois futés.

 

Un matin, une élégante éditrice venue tout exprès de Tokyo frappa à la porte de la tanière du Renard. Elle préparait une Encyclopédie des Principales Villes du Monde. Elle voulait y faire figurer Genève, mais elle n’était pas sûre que la ville méritât de compter parmi les 77 cités prévues pour ses sept volumes. 

«Pouvez-vous me fournir des preuves concrètes que Genève est bel et bien une ville majeure?» Sur le moment, le Renard fut pris au dépourvu. Il balbutia quelques explications vaseuses, énuméra les meilleurs restaurants genevois, évoqua confusément le Jet d’eau, puis, se rendant compte de l’ineptie de ses arguments, ajouta:«…et il y a bien sûr tous les événements historiques qui ont placé Genève sur la carte du monde.»

Intéressée, l’éditrice japonaise, qui s’appelait Madame Suzuki, s’apprêtait à lui demander des explications quand soudain son smartphone sonna. C’était Tokyo qui lui demandait un rapport intermédiaire, à faxer de toute urgence au quartier général. «Je suis absolument désolée, dit-elle. Je dois retourner à mon hôtel. Je reviendrai la semaine prochaine, et vous pourrez alors me raconter ces grands événements historiques qui ont placé Genève sur la carte du monde, voulez-vous?»

Le Renard acquiesça et la regarda s’en aller par petits pas secs sur le sentier des falaises de Saint-Jean. Ouf! Il l’avait échappé belle. Car il devait bien admettre qu’il ne connaissait pas grand-chose de l’histoire genevoise. Sa science de la ville était contemporaine, gastronomique, sociale, topographique, commerciale. Il avait bien entendu parlé de l’ONU, mais cela ne suffirait pas à convaincre Madame Suzuki que la ville méritait de figurer dans son encyclopédie.

«Il me reste une semaine pour réunir ces indices historiques», se dit-il. Il s’équipa d’une loupe, d’un carnet en peau de taupe, d’un stylo et partit en chasse.

Ses découvertes figurent dans le guide.

Contenu

Voici les points qui ont retenu mon attention et qui le différencie des autres guides touristique:

  • la gratuité
  • un dossier consacré aux adresses de produits du terroir genevois
  • des adresses à la périphérie de Genève
  • une page (p.31) consacrée aux établissements qui ouvrent le dimanche (pratique car on a l’impression que tout est fermé le dimanche)
  • une page (p.87) consacrée aux lieux proposant un brunch (là, on ne peut plus dire que l’on ne sait pas quoi faire le dimanche!)
  • une sélection de crêperie… dommage qu’il manque la meilleure crêperie de Genève, Le Rozzel (Rue de la Boulangerie 2, 1204 Genève)
  • et bien sûr, de nombreuses pages consacrées aux boutiques de vêtements et accessoires !

 

Lieux de distribution

  • le samedi 19 novembre 2011, de 10h à 17h à la rue Pierre-Fatio (rond-point de Rive)
  • Dès le 21 novembre 2011 dans les points de vente TPG:

    – Gare Cornavin

    – Bachet-de-Pesay

    – Rond-Point de Rive

 

Classé dans:Made in Switzerland, , ,

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :