Caro Fashionews

Un salon de coiffure sans ciseau

L’équipe à gauche et les deux créatrices à droite

Blow Hair est avant tout une histoire d’amitié.
Hajer et Katia – une brune et une blonde – se rencontrent à l’université et se lient d’amitié. 10 ans après, elles semblent tout faire ensemble – travaillent à quelques mètres l’une de l’autre dans des secteurs d’activité très proches (elles ont créé et font vivre Blow Hair durant leur temps libre), travaillent tous les soirs et week-ends au salon, fréquentent le même salon de coiffure….
C’est justement leur coiffeuse qui leur offrira le lieu pour créer un endroit unique en Suisse, un salon de « coiffage » et non de coiffure. Le concept est importé des Etats-Unis. Chez Blow Hair, pas de paire de ciseau, uniquement des foehns, des brosses et peignes pour réaliser des brushings et des coiffures (chignons, tresses, etc.)
La parlette de réalisation est étendue – du chignon de mariée au tressage africain
Les prix sont particulièrement attractif – CHF 55.- la coiffure et CHF 45.- le brushing et CHF 85.- pour le chignon de mariée.
La déco est sympa, cosy, loin de l’esprit salon de coiffure.
Mes cheveux entre les mains expertes de Asoyi …. Très belle réalisation!
Adresse
6-8 rue de la Rôtisserie
Genève
mardi-vendredi 10h-19h30
samedi 9h-18h30
Site internet
Page Facebook
 

Classé dans:Beauté, ,

Acheter ses lunettes en ligne – pourquoi pas…

J’ai testé l’achat de lunettes de soleil en ligne chez « Mister Spex« 

Les avantages, l’essai gratuit à domicile et retour gratuit dans les 30 jours, ça laisse le temps de réfléchir !

Le site offre un vaste choix de marques, de montures. Le moteur de recherche permet un grand niveau de détail, vous pouvez par exemple faire ressortir les montures de forme Wayfarer ou indiquer la forme de votre visage et le moteur de recherche sélectionne les montures qui pourraient vous convenir.

Essai virtuel 3D en ligne

On peut bien s’amuser à essayer en ligne. Il suffit de télécharger une photo portrait ou de prendre une photo avec la webcam.

Il est ainsi possible d’essayer toutes les paires du site sans avoir un vendeur qui vous embête!

Mon choix – une paire de Ray Ban gris mat. La surprise qui s’est transformée directement en coup de coeur: la matière est incroyablement douce ce qui les rend terriblement agréable à porter !

Créée en décembre 2007, la société « Mister Spex » associe le savoir d’opticiens diplômés français et du leader allemand de la vente de lunettes de marque en ligne. On peut y acheter des lunettes de soleil, des lunettes pour le sport, des lunettes de vue, mais également des lentilles de contact.

Mister Spex a été fondé par Dirk Graber (Directeur Général), Björn Sykora (Marketing), Thilo Hardt (IT) et Philipp Frenkel (IT). Le site Internet a été mis en ligne quatre mois plus tard, en avril 2008. Jusqu’à 400 000 internautes visitent le site par mois et ils y passent en moyenne 25 minutes à chaque visite.
L’équipe de direction se compose de sept personnes. En plus des quatre fondateurs, Stéphanie Budesheim-Wels (Directrice des Opérations), Eva Nöll (Directrice des Ressources Humaines), Martina Dier (Directrice des Relatiosn Publiques), Hannes Schrödter (Directeur du Product Management), Robert Käfert (Directeur Marketing), Christian Luhman (Category Management) und Tobias Streffer (CFO) supervisent les équipes Mister Spex.
Mister Spex emploie 150 personnes, dont 100 salariés. Une équipe s’occupe exclusivement de nos clients français. La moyenne d’âge est de 28 ans.

Site officiel

Classé dans:Accessoires,

Vente éphémère de prêt-à-porter en vieille-ville de Genève

Une idée de boutique qui repose sur l’éphémère.

2 filles, Claire Gautier & Fiona Dugerdil, de domaines professionnels différents – la finance et l’évènementiel – s’unissent pour créer RUSH pop up store. Une boutique qui déménage au gré des envies et des saisons grâce à des locaux commerciaux loués pour de courtes durées.

Avant de partir à la montagne, la boutique s’est arrêtée à la rue Etienne Dumont 11, dans le local de la galerie Nest et ce jusqu’au 24 novembre. Une visite s’impose car les prix sont vraiment raisonnables notamment pour les produits en fourrure. Des nouveautés arrivent chaque semaine.

Mon choix s’est porté sur une chemise à carreaux rouge (on l’aperçoit dans l’image ci-dessus) et un gilet sans manche en fourrure de lapin et capuche (voir dernière photo).

Gilet sans manche en lapin extrêmement bien porté par cette très belle fille.

Site officiel

Page Facebook

Classé dans:Mode,

Jusqu’à ce que la mode les sépare

The Kooples, contrairement à ce que pourrait laisser croire son nom, est une marque française créée en 2008.

The Kooples se prononce: The Coupeulz!

Ses créateurs – Alexandre, Laurent et Raphaël Elicha – sont les fils de Tony Elicha qui est à l’origine de la marque Comptoir des cotonniers. Véritables enfants de la fringue, les frères Elicha racontent volontiers comment ils ont grandi dans des entrepôts au milieu des cartons de vêtements. Papa et maman, alors aux commandes de Comptoir des Cotonniers, ont donné la «fibre» à leur progéniture. «Pendant dix ans, on a eu les meilleurs profs du monde » affirme Alexandre, l’aîné.

«Très vite, avec The Kooples, on a su qu’il fallait qu’on raconte un univers dans sa globalité. Et avec le goût croissant des hommes pour la mode, il était important d’offrir sur le même point de vente de vraies collections traitant l’homme et la femme sur un pied d’égalité.»

L’univers des collections est rock, avec un parti pris fort : chic parisien, vestes cintrées et esprit Carnaby Street.

Raphaël, Alexandre & Laurent Elicha, fondateurs de The Kooples

La marque The Kooples s’est faite connaître, avant même l’ouverture de ses premières boutiques, par une grande campagne de pub mettant en scène différents couples (hétérosexuels et homosexuels) beaux, jeunes et rebelles, portant les vêtements de la marque. Sur chaque photo est indiquée la maturité du couple (par exemple : « Pierre et Astrid ensemble depuis neuf mois »). Selon les créateurs, ces couples sont bien réels et n’ont fait l’objet d’aucun casting.

Les couples qui participent à la campagne sont des « vrais » couples. Nous ne voulons pas développer des castings nationaux, mais plutôt nous laisser la liberté de choisir des couples un peu partout (Paris, Londres, New York, Tokyo…), en fonction de nos voyages et des personnalités rencontrées. Les couples correspondent à l’image de la marque et ne sont pas déguisés : les vêtements qu’ils portent auraient très bien pu se trouver dans leur placard.

L’idée des couples vient de leur parent qui font poser des mères et leurs filles pour la marque Comptoir des Cotonniers.

The Kooples développe une ligne de vêtements pour hommes et femmes fondée sur le concept du «chic de rue», d’inspiration principalement rock, vintage et british. Le noir et le gris dominent les collections, et la décoration des boutiques également.

Le patronage des vestes et des pièces manches (chemises, manteaux, pantalons…) sont élaborés dans les ateliers anglais de Savile Row en collaboration avec l’enseigne anglaise Norton & Sons.

La marque se vante également de proposer des vêtements particulièrement androgynes et mixtes, pouvant aller autant aux hommes qu’aux femmes, tout le moins qui se coordonnent parfaitement entre l’homme et la femme (même coupes, mêmes couleurs, mêmes blasons, etc.), jouant ainsi sur une symbiose esthétique au sein du couple. Les slogans de la marque «Un vestiaire pour deux» ou «Jusqu’à ce que la mode les sépare» témoignent de cette ambivalence.

J’ai bien entendu craqué pour une veste over-size de la dernière collection – une parka courte en laine avec col en fourrure.

Le showroom à la Place Vendôme à Paris

Site officiel

Album musical à télécharger ici

Classé dans:Mode,

Mmmmhhhh burger !

Holy Cow!, vous connaissez ? Non ? Eh ben, vous devriez essayer. Ce restaurant est parfait lorsque j’ai envie de manger quelque chose de gras, mais ne souhaite pas aller au McDonald.

Tout d’abord, les frites sont délicieuses. La tranche de viande hachée est généreuse. Les crudités sont de qualité (viande et crudités sont d’origine suisse). La cuisson et les sauces parfaites. Le service est rapide.

Le menu pour vous faire envie…

holy_cow_menu_web

Le dernier burger testé – le bacon avocat beauf – une merveille !

En sortant du restaurant, les vêtements ne sentent pas la friture, quel bonheur !

Site officiel

2 adresses à Genève:
Rue de Carouge 14
Place Cornavin 22
 
*************************************************
 
Article de Richard Etienne (24Heures – 27.2.2012)

Holy Cow! poursuit sur sa lancée. Le leader romand du hamburger pour gourmets a ouvert un restaurant à côté de la gare Cornavin, ce qui porte à quatre le nombre de ses enseignes autour du Léman. Les deux premières ont vu le jour à Lausanne, en février 2009, puis en mars 2011. Les deux suivantes ont suivi au bout du lac, en janvier et en août 2012. La maison, qui compte désormais 73 employés contre 4 en 2010, a connu une croissance fulgurante.

«Nous pensons avoir déniché un marché ouvert: celui du fast-food de qualité et écologique», se réjouit Richard Williams, cofondateur. Nos produits sont confectionnés en Suisse. Les transports sont courts.»

Les plus de 2250 hamburgers servis au quotidien chez Holy Cow! sont donc frais.

Les fournisseurs, en viandes, pains, pommes de terre, légumes et boissons, sont situés entre Genève et Berne. Tous ont recruté du personnel suite à l’ouverture de Holy Cow! Ils devront vraisemblablement encore grandir: Richard Williams annonce en effet des projets outre-Sarine, «à Berne puis à Zurich». L’entreprise a développé un système de franchises dans les pays de l’Union européenne, ce qui devrait permettre à l’enseigne de croître au-delà des frontières. L’ouverture d’un Holy Cow! est ainsi prévue en novembre à Rouen (France). D’autres devraient suivre ailleurs en France, mais aussi en Suède et en Allemagne. La jeune pousse a également trouvé les moyens de créer l’initiative Burger Love: pour chaque hamburger éponyme vendu, Holy Cow! verse 2 francs à une association caritative.

Ce développement n’étonne pas les observateurs. Selon Barbara Pfenniger, responsable alimentation de la Fédération romande des consommateurs, «toujours plus de gens mangent hors de leur domicile et cherchent à pouvoir se restaurer rapidement. En même temps, ils s’inquiètent de plus en plus de la qualité des produits et de leurs origines, qui doivent être locales.»

Voilà qui explique pourquoi, derrière le leader du secteur, de nombreux petits spécialistes en hamburgers frais ont vu le jour ces dernières années. Tous ne désemplissent pas. Le restaurant Inglewood a ouvert ses portes au centre-ville en novembre dernier. Il sert même de la viande de bison, de Collex-Bossy, et n’a pas eu besoin de faire de publicité. Son commerce marche si bien qu’un deuxième restaurant sera inauguré aux Eaux-Vives le mois prochain. Le restaurateur compte en outre s’installer à Zurich et dans les Alpes.

A Carouge, le Lion Rouge s’est récemment transformé pour ne servir que des hamburgers. A Lausanne, les frères Rigaud ont ouvert Zooburger il y a deux ans. La viande vient de Puidoux, les frites sont dorées à l’aube. A Yverdon, le fromage des cheeseburgers du Double R, lancé en novembre 2008, a été primé. Il provient d’une laiterie voisine. Et ça continue: à Genève, The Hamburger Foundation va ouvrir ses portes en septembre. Les fondateurs disent avoir acquis une grande expérience aux Etats-Unis, patrie du hamburger.

McDonald’s dit ne pas craindre cette concurrence. Ses 153 restaurants en Suisse et dans la Principauté du Liechtenstein accueillent quotidiennement 290?000 clients. Ils ont enregistré en 2011 une croissance de 3% de la fréquentation par rapport à l’année précédente. Les observateurs y voient le signe comme que le marché des hamburgers reste peu concurrentiel en Suisse.

Classé dans:Food,

Les prix sont-ils vraiment trop élevés en Suisse?

Un nouveau comparateur de prix vient de voir le jour, il s’agit de http://www.barometredesprix.ch. Il donne une image en temps réel des différences de prix des produits par rapport aux pays limitrophes.

Il est géré par les 4 organisations de consommateurs du pays, un par région linguistique. Le Bureau fédéral de la consommation soutient ce portail, c’est donc du sérieux.

Les organisations de consommateurs relèvent les prix de produits identiques en Suisse, en Allemagne, en Autriche, en France et en Italie et mettent en évidence les différences de prix à l’aide de la plateforme.

Les catégories recensées pour le moment:

  • cosmétiques (+30% env. en Suisse)

  • vêtements (+26%)

  • chaussures (+15%)

  • magazines (+68% !!!)

  • denrées alimentaires (+35%)

Pour chaque catégorie, il est possible de détailler la recherche en affichant chaque produit du panel.

Par exemple, le gel douche Palmolive aroma thérapy:

J’espère que ce site contribuera à faire baisser les prix suisses…

Site officiel

Classé dans:Economie,

Nouvelle boutique Ladurée

Les célèbres macarons s’installent à la rue du Stand.

En savoir plus sur l’histoire de la société Ladurée

Classé dans:Food,

Une histoire de famille autour de la pistache

Rouane Wakim, libanaise, est entourée d’amis qui apprécient les petits souvenirs gourmands rapportés du Liban. Un constat, on n’en trouve pas à Genève !

Elle met alors à contribution son frère et ses sœurs pour créer un endroit que toute personne qui apprécie la pâtisserie libanaise trouvera magique ! Ainsi est né en 2010 la boutique Nuts & Co, d’abord dans un petit local à la rue Rousseau et maintenant dans 60 m2 à la rue du Prince.

La partie Nuts

– Pistaches

– Amandes

– Cajou

– Pois-chiches

– Cacahouètes

Le détail – les nuts sont conservées à 30°, température idéale pour garder toute leur saveur.

La partie & Co met en avant l’artisanat libanais

– Loukoum

– Nougat à la pistache

– Pâte d’abricot

– Figue au sésame

– Eau de fleur d’oranger

– Miel des cèdres libanais

– Confitures

– Purée de piments

– Fleur de sel libanais

– Coffret de dragées (amendes, pistaches ou pois chiches) pour les mariages, naissances ou les baptêmes

– Livres de cuisine

– Objets en tissu

– Bijoux

– Etc.

Le petit plus – 2 tables hautes qui permettent de s’installer pour déguster tout ceci avec un petit café.

Mon shopping bag

– Pois chiche sucrés et roses

– Zaatar (mélange d’épices: thym, origan, sésame, sumac, sel)

– Fleur de sel

– Confiture de fleur d’oranger

– Pistaches « de luxe » demi-sel

Adresse
10, rue du Prince 1204 Genève
www.nutsandco.com

Classé dans:Coup de coeur, ,

Combattre simplement la cellulite

Un petit objet tout simple pour combattre la cellulite au quotidien.

J’ai testé durant un mois le Cellu-cup – outil de massage en silicone, autonome (pas d’alimentation électrique), qui permet de reproduire seule et à son rythme le massage de palper-rouler. Ce petit objet n’est pas un gadget, son effet est véritable. Mes jambes étaient beaucoup plus légères après le massage. En plus, il peut être emporté facilement en voyage.

Utilisation
Après avoir fait le vide d’air du Cellu-cup, vous le déposez sur la zone à traiter (préalablement enduite d’huile de massage ou d’eau savonneuse sous votre douche). Le pincement de peau se fait immédiatement après avoir relâché le Cellu-cup.

Par son action mécanique, Cellu-cup entraîne la lipolyse (dégradation des cellules graisseuses de l’organisme) et déloge la « peau d’orange » de votre épiderme. Technique non invasive et sans danger. Adaptée quelque soit le type de cellulite.

Site officiel

Classé dans:Beauté,

Anciens articles

Points d’intérêt

J’écoute …